Les sciences sur l'eau


En sciences, nous travaillons sur l'eau .

Nous avons fais des expériences pour savoir si toutes les matières étaient solubles (ça se dissout dans l'eau) ou insolubles (ça ne se dissout pas dans l'eau).

Nous avons fais des hypothèses puis les expériences .

Les expériences

On a mélangé de l'eau avec différentes matières :

de l'eau avec du café, de l'eau avec du sable, de l'eau avec du sucre, de l'eau avec du sel et avec de la terre .

Conclusion

Nous avons vu que toutes les matières n'étaient pas solubles.


Gaëlle

 

Mercredi 13 novembre nous sommes allés au périscolaire de Cuse et Adrisans voir un spectacle de Badabulle: celui – ci parlait de quelqu'un qui était parti faire le tour du monde avec sa femme et son fils de 5 ans .

Grégoire Kocjan représentait le père (ce qui était vrai ) et Véro la mère (ce qui était faux la vrai mère c'était Aurore Breniquet ) l'enfant était imaginaire (on parlait quand même de lui ).

Ils parlaient de leur arrivée sur l'Ile de Pâques, le lundi de Pâques !!!

Ils parlaient aussi de la ville la plus triste du monde : Lima ( Pérou)...

Un spectacle plein d'humour pour les enfants et les parents .

Chiara

http://www.badabulle.net/bada/spectacles.html 

Les gendarmes sont venus faire une petite visite à l'école pour nous parler des dangers des mineurs: du racket, du vol, de la délinquance, de facebook, d'Internet, du placement familial.

Si on commet une bêtise (vol par exemple), c'est écrit dans le casier judiciaire.

Quand on a fait des dégâts, on doit les réparer en travaillant bénévolement (TIG).


C'était assez intéressant.


Thomas et ses camarades.

 

Le jeudi 20 juin 2013, nous nous sommes rendus au château de Joux en sortie scolaire.

Le matin, nous avons visité le château et l’après-midi nous avons fabriqué des bourse en cuir et de la monnaie..

Nous sommes partis vers 8 heures 30 sous la pluie. Nous avons pris un grand bus bleu. Nous sommes arrivés au château vers 10 heures 20. Nous avons posé nos pique-nique dans une salle. Et puis nous sommes allés visiter quelques pièces du château. Le guide était très gentil, il nous a raconté des choses sur l'histoire comme : comment marchent les machines de guerre...

 

La fortifications des bâtiments

Quand on est arrivés, des personnes étaient en train de rénover certain mûrs du château, mais il y avait beaucoup d'endroits où on n'avait pas le droit d'aller car c'était trop dangereux .On a appris qu'à l'ancienne époque les châteaux n'étaient pas en pierre mais ils étaient faits en bois.

Bélinda


Les machines de guerre

Nous allons vous présenter des machines de guerre qui sont le trébuchet, la bricole et le couilliard.

Le trébuchet était une machine de guerre qui pouvait envoyer des boulets de 80 à 100 kg à 200 m avec un contre poids de 10 à 18 tonnes. il fallait 60 personnes pour faire 7 tirs par heure.

 

Pour manipuler le couillard il fallait 10 à 15 personnes pour une cadence de 11 tirs par heure; il pouvait envoyer des projectiles de 50 à 100 kg à 180 mètres avec un contre poids de 7 tonnes.

 

La bricole pouvait envoyer des projectiles de 20 à 60 kg à une distance de 80 mètres avec 13 hommes; la cadence de tir était de 1 tir par minute.

 

 

 

 

 

 

 

 

Enguerran & Thomas

 

Les armes

Les soldats portaient des médaillons sur leur uniforme. par exemple il y avait un médaillon qui voulait dire fusilleur, grenadier etc.

Les fusils avaient chacun leur baïonnette. Celle-ci avait une lame large et grande pour infliger des blessures graves qui ne cicatrisaient jamais et les soldats mouraient à cause de ces blessures.

La poudre qu'on mettait dans les canons était de la poudre noire. Elle était stockée dans des petits tonneaux dans des magasins à poudre. Seulement quelques soldats avaient le droit d'y rentrer car il ne fallait aucune étincelle sinon tout pouvait exploser.

Keny & Maxime

 

 

Les fusils / les vêtements

Les fusils: au bout des fusils il y a des baïonnettes. Avec les baïonnettes, on plantait les personnes La baïonnette a une forme triangulaire pour blesser. Pour recharger les fusils on rentrait un sac de poudre en poussant.. Ensuite on percait par le trou qu'on appelle «lumière». On mettait la poudre noire et on enflammait avec une petite baguette .

Les vêtements: les soldats s' habillaient de pantalons rouges et de manteaux bleus pendant la première guerre mondiale, ils portaient des godillots et des casques.

Loanne & Tiffanie

 

Les souterrains

Nous avons descendu un escalier pour aller dans les souterrains. Il y avait un peu près 200 marches. Le guide nous a emmenés dans une pièce dans laquelle on mettait les sacs de poudre. Et nous avons continué et nous avons découvert un énorme puits. Le guide nous a dit que la profondeur était de 147 mètres mais aujourd'hui il n'y a plus que 110 mètres. Et nous sommes ressortis pour aller manger. On n'avait pas beaucoup de temps car on devait aller faire les bourses et la frappe de monnaie avec Isabelle. Et nous sommes repartis avec le petit bus, c'était génial.

Romane & Margot

 

 

 

 

Frappe de monnaie

Nous avons fait (frappé) des anciennes pièces de monnaie avec une animatrice. Tout le monde en avait une.

Pour les fabriquer il fallait un coin fixe, un flanc (la pièce), un coin de revers, un poinçon et un marteau. Ensuite, il fallait taper partout et fort. Quand nous avions terminé si on avait bien fait, on pouvait voir apparaître le dessin du château au-dessus duquel il y avait écrit JOUX et de l'autre côté il y avait le blason de château de Joux.

Charlène & Elodie

 

 

Bourses en cuir

Isabelle, la monitrice, nous a distribués un morceau de cuir et un patron à trous. Nous avons reproduit le patron sur le morceau de cuir.

 

Après, nous avons découpé le contour du patron dessiné sur le morceau de cuir.

 

A l’aide d’un pointeau, et d’un marteau nous avons percé sur une plaque les trous qui étaient dessinés.

 

Dans un carton était rangées des ficelles, attachées par deux.

Nous avons passé la première ficelle dans les trous (intérieur / extérieur etc.)

 

Avec une aiguille, nous avons passé la deuxième ficelle exactement comme la première.

La bourse était finie.

 

Mathieu, Loris